Mayotte : un gréviste de BDM poussé au suicide SOCIAL

À bas la répression patronale et coloniale à Mayotte ! Les salariés du groupe Bourbon Distribution Mayotte (magasins Jumbo Score et Douka Be – rachetés récemment par le groupe Bernard Hayot) ont fait grève 9 semaines pour une augmentation de leurs salaires de 150 euros, le 14ème mois et l’augmentation des primes restaurant. La direction n’a finalement accepté de leur octroyer que 30 euros d’augmentation salariale, autant dire une misère.

Pendant toute la durée du conflit, elle n’a cessé de mener la chasse aux grévistes leur envoyant les huissiers pour dresser des procès-verbaux d’ « entrave à la liberté du travail ». Elle a pu compter sur la complicité de l’État français qui maintient salaire minimum et allocations sociales bien en- dessous de ce qu’ils sont en France et à La Réunion. Les patrons sont les rois à Mayotte et leurs salariés les esclaves.

Non contente de refuser de satisfaire les revendications de ses salariés , la direction de BDM a entamé plusieurs procédures de licenciements contre les grévistes. Elle s’est plus particulièrement acharné sur Bao, un jeune père de famille de trois enfants, âgé de 34 ans, qu’elle a convoqué dans ses bureaux, sans possibilité de se faire accompagner par un syndicaliste ou même un camarade de travail.

Bao en est ressorti, aux dires de ses collègues, choqué, traumatisé, déclarant qu’il avait « peur de ce qui allait se passer ».

Toutes ces pressions et intimidations inhumaines ont eu raison de sa résistance. Dans la nuit du dimanche 4 au lundi 5 octobre, il a mis fin à ses jours.

Sans honte la direction de BDM a fait part de ses condoléances à la famille de Bao, alors qu’elle et ses soutiens gouvernementaux sont entièrement responsables de son décès.

À bas l’exploitation capitaliste à Mayotte !

La CGTR apporte tout son soutien à la famille de Bao et exige la justice pour les travailleuses et travailleurs Mahorais !

Jean-Yves Payet, secrétaire confédéral de la CGTR