Aline Murin : « Nout maloya, gardien de nout lang Kréol » CULTURE

Le maloya l’histoire d’un Peuple reconstruit à partir d’une « à partir de plein d’humanités et de plein d’inhumanités d’ailleurs. »

« Cette musique traditionnelle chantée et dansée à l’époque par les esclaves est classé au Patrimoine culturel immatériel de l’Unesco depuis le 1er octobre 2009.

Le maloya, c’est aussi ce témoignage de la richesse du créole réunionnais.

Ce classement apporte une reconnaissance pour tous les créateurs , les militants, les politiques pour ne citer que Paul Verges ainsi que pour toutes celles et ceux qui ont œuvré à sa sauvegarde et à sa transmission.

Une pensée émue pour deux artistes du Maloya qui nous ont quittés cette année sans oublier les autres, Tiloun et Simon Lagarrigue.

En cette période difficile marquée par cette crise sanitaire, Le maloya est en effet un bel exemple d’héritage qui ravive notre mémoire et nous ramène dans ces temps de paroles difficiles pour continuer à inventer collectivement pour faire culture, nous réunir et pour avancer ensemble.

Nout maloya nous rappelle que toute expérience douloureuse et difficile ranime notre puissance résiliée qui nous pousse à nous transformer et surtout à nous améliorer.

Le maloya fait aujourd’hui la fierté de La Réunion.

Nout maloya, gardien de nout lang Kréol, élément essentiel du patrimoine culturel réunionnais rend un hommage à tous ceux qui ont laissé leur trace sur les chantiers de notre construction identitaire.

Le Maloya, l’âme musicale de La Réunion.

Bon village Maloya 2020 ».

Aline Murin