A quelle occasion, La Réunion va honorer et célébrer nos « Yabs » ? ÉDITO DU SALAZIEN

L’évolution de La Réunion, spécialement à partir des années 70, vers le modernisme et surtout le consumérisme (à partir des années 80), a transféré aux Réunionnais(es) vivant d’abord « dans les Hauts » la garde et la sauvegarde d’une grande partie de notre héritage, de notre patrimoine et des traditions métissées ou non. Qui vivent « dans les Hauts » depuis le début du peuplement ? Les marons puis les esclaves affranchis et les « yabs «…

C’est une évidence connue et reconnue : La Réunion, dans toutes ses dimensions, n’a jamais, et ce de manière officielle, marquée sa reconnaissance aux « Yabs » et à l’apport des « Yabs » dans le peuplement et la construction de La Réunion. Pourtant, cela fait des années que des Réunionnais, de diverses origines, se creusent les méninges, s’interrogent, cherchent des bases légitimes, proposent des pistes, tentent des approches… En vain !

La Réunion n’a toujours pas trouvé une façon respectable, suffisante et efficace, d’honorer et de célébrer nos « Yabs ».

L’histoire a pris une part importante dans cet oubli voulu et maintenu.

Il est vrai que les Français expédiés à l’époque dans les colonies, étaient issus d’un milieu social peu valorisant et peu valorisé.

Il est vrai aussi qu’à leur arrivée dans les îles, leur pauvreté et leur faible éducation, ces « expatriés » ont trouvé plus d’humanité et de chaleur humaine, avec les marons puis les esclaves affranchis, les engagés venus de tous horizons, et la plèbe de l’époque.

Il es vrai enfin que le contexte socio-économique de l’époque, a incité un métissage plus ou moins forcé, face aux traditions très strictes, aux conditions de travail imposées – semi-esclavage dans la dureté et la discipline – par les grandes familles riches, et le cadre législatif, judiciaire et répressif, très sévère, très bien entretenu par le représentant des rois de France, de l’empereur Napoléon, ou des gouvernants qui se sont succédé.

Malgré les affres de l’histoire de La Réunion, les « Yabs » aux origines modestes, ont imprimé leurs empreintes indélébile sur chaque page du Mémorial de La Réunion. Ils ont participé, avec toutes les autres communautés qui composent la société réunionnaise et celle de l’océan Indien, à construire notre histoire et à façonner nos environnements.

Mieux, de par leur posture, les « Yabs » sont un lien ou un ciment indéniable, dans la construction du peuple réunionnais.

Aussi, Il est regrettable que plus de 350 ans plus tard, La Réunion n’a toujours pas trouvé une simple façon, d’honorer et de célébrer nos « petits blancs » et leurs descendants, et ce pour la très grande dimension apportée depuis quatre siècles, à la construction de La Réunion.

« Ben, c’est koué zot !»

Jean Marcel

Notre photo : Marie Lebon, artiste