Des Réunionnais(es) ont déjà abandonné les gestes barrières ! ÉDITO DU SALAZIEN

Ce sera le dimanche 10 mai au soir, à 23 h 59’ 59’’ que le confinement s’arrête. Et, que le lundi 11 mai à 00h00, sera lancé le début du déconfinement. Le gouvernement l’a confirmé cet après-midi. Faut-il sauter de joie ou en avoir encore plus peur ?

Ni l’un, ni l’autre ! Une certitude : le Covid-19 est toujours sur tous les territoires français. Ce virus très imprévisible, menace nos vies. A chaque coin de rue. A chaque seconde. Et, paradoxe, le déconfinement rend cette menace plus grande. Plus sournoise. Plus mesquine. Plus forte.

Et, ce ce sont nos comportements qui pourraient donner un vrai élan à une autre possible vague de contamination, et ce même si le gouvernement prend d’innombrables mesures pour protéger la population. Et, nous pouvons d’ores et déjà déplorer ces comportements dangereux à La Réunion, alors que le déconfinement n’a même pas commencé.

« Ils veulent tous entrer en même temps dans le magasin. Il n’y aucun respect des distances barrières », rapporte un agent de sécurité d’une surface commerciale de Saint-Denis. Et que dire de ces individus presque collés les uns aux autres, la plupart sans masques, trop pressés pour faire leur course devant une grande surface de Sainte-Suzanne.

C’est de l’inconscience !

Quel sera le comportement de ces personnes à partir du lundi 11 mai, jour du déconfinement ? Aucune raison au monde ne peut expliquer ou justifier la mise en danger de sa vie et de la vie d’autrui.

Il y a au moins un enseignement à tirer de ces adultes incapables de se comporter comme il se doit dans ce contexte exceptionnel. Comment des enfants pourraient avoir des posture de défense contre le coronavirus, à l’école ou à la cantine, si eux, les parents en sont totalement incapables devant ou dans un magasin ?

Si le déconfinement est nécessaire, comment inciter et convaincre les individus à garder et optimiser les mêmes attitudes du confinement, pendant le déconfinement ?

C’est l’équation à de multiples inconnu(e)s. Encore vivant(e)s.

JR